Pour un monde en paix avec lui-même

Pour un monde en paix avec lui-même

Chers lecteurs du blog,

Je me propose de partager avec vous une lettre responsive que j’ai publiée sur un forum d’étudiant et d’intellectuels sur les propos racistes que tenaient et tiennent encore certains leaders du monde entier par rapport a la capacité des noirs a se diriger.

J’ai lu avec lu avec beaucoup d’intérêt les différents commentaires que vous faites autour des déclarations racistes faites par certains dirigeants qui sont, pour la plupart des extrémistes, à propos des peuples noirs. A bien vous entendre parler, je m’empresse de vous adresser mes mots de réflexions, non pas pour vous contredire, mais de vous inviter à continuer à approfondir le débat. 

Contrairement à ce que beaucoup de gens font croire, il n’y a pas que les noirs qui trahissent leur pairs. L’esclavage n’a pas été, n’est et ne sera pas une affaire de trahison inter-nègre. Il s’inscrit dans une dynamique de conquête pour la domination (économique et politique) du monde à des époques différentes de l’histoire de l’humanité. Pour raccourcir mon intervention, je me garde d’en parler trop largement. En effet les nouveaux maitres du monde se sont partagés la planète terre en élaborant une nouvelle carte du monde, ce que très peu de gens ignorent. D’ailleurs, aujourd’hui, des débats sont engagés pour trouver les méthodes de délimitation non pas de l’espace maritime, terrestre et aérien mais surtout des autres planètes que les scientifiques commencent à visiter et occuper.

Par ailleurs, tout exercice de domination passe nécessairement par le contrôle de la pensée de ceux dont certains cherchent à dominer. En effet, quand des dirigeants font des déclarations incendiaires ou publient des ouvrages pour montrer que les peuples noirs ne peuvent pas se diriger ou produire des refléxions qui soient capables de transformer leur environnement au profit d’un processus de développement durable, il faut les circonscrire dans cette même perspective.

Pour bien comprendre la guerre de la peau, il va falloir lire des écrivains comme Diop qui, dans beaucoup de ses écrits, cherche à établir l’équilibre sur le fait que l’origine de la science est de l’Afrique et qu’en fait la Grèce n’est pas le berceau de la civilisation comme beaucoup le font croire. C’est aussi le combat qu’a mené Anténor Firmin quand il a écrit son fameux ouvrage intitulé “De l’égalité des races humaines” en réponse à un écrivain raciste blanc du nom de Gobineau qui a écrit un autre livre dont le titre était “de l’inégalité des races humaines” où il cherchait à montrer que des races sont supérieures à d’autres. Il existe, en effet, d’autres écrivains qui essayaient également de montrer qu’il existe des races supérieures à d’autres et qu’elles soient toutes blances en tout cas. Par ailleurs, l’une des choses qui embêtent dans la foulée, c’est le fait de voir que certaines personnes qui ont beaucoup de lumière en fait la promotion parce qu’ils seraient séduitess ou devenues des prostituées idéologiques.

De plus, j’ai eu l’opportunité de lire un peu sur la négritude, le panafricanisme, le mouvement indigéniste haïtien lors d’un travail de groupe que j’ai été amené à mener lorsque j’étais étudiant en Sociologie à la Faculté des Sciences Humaines avec d’autres étudiants. Cela m’a permis de comprendre un peu le combat d’une série de leaders et intellectuels noirs don’t Nelson Mandela, Thomas Sankara, Cheikh Anta Diop, Anténor Firmin, Aimé Césaire, Jean Price-Mars pour ne citer que ceux-là. En effet, les appareils idéologiques qui envéniment ces querelles et qui empoisent les relations inter-sociétales sont devenus de plus en plus sophistiqués et donc plus puissants. Aujourd’hui, il suffit d’avoir les moyens, quelqu’un peut facilement provoquer la chute d’un gouvernement, des conflits entre des tribus et des peuples. Toutefois, il est important d’éviter d’être celui qui fait la publicité gratruite de ces pensées génocidaires.

En tant que “Peacebuilder” ou agent de paix, chers concitoyens de partout, je vous invite à travailler pour définir de nouvelles règles de vivre ensemble ou à appliquer celles qui existaient mais facilitaient le vivre ensemble telles: la solidarité, l’amour, le respect. Nous pouvons bâtir des sociétés plus justes et équitables sans avoir besoin de détruire l’autre. Sinon, il est possible de voir que l’homme devienne un être en extinction comme c’est le cas pour d’autres espèces ou encore assister à une situation où l’homme est plus qu’un loup pour l’homme pour reprendre une pensée de Hobbes. Là où les gens définissent les statuts par la couleur de la peau, la place pour l’autre disparait. C’est la déshumanisation et le rancoeur qui prennent place. Soyons tous des agents de paix. Ecrivons donc tous une grammaire sociale nouvelle où la règle clé sera: “Aime ton prochain comme toi-même.”

Onyl Gédéon, le leaderologue

Étiquettes
Partagez

Commentaires