« Là où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir »

Article : « Là où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir »
Crédit:

« Là où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir »

Le vivre ensemble a ses propres règles. Quand elles sont ignorées, elles rendent les sociétés anémiques et donc malades. Contrairement à ce que beaucoup pensent, les sociétés sont comme des êtres humains. Elles naissent, vivent et meurent. C’est aussi valable pour les institutions. L’Histoire rapporte que des peuples qui ont existé disparaissent. D’autres sont en voie d’extinction, comme c’est le cas pour certaines espèces d’animaux. Par ailleurs, il est possible d’éviter de telles mésaventures. L’un des moyens d’y arriver est d’éviter de causer de la gêne à l’autre. N’aviez-vous pas remarqué comment certaines personnes agissent sans gêne, pour empêcher à d’autre de vivre. Il va falloir apporter un peu de lumière sur cette règle sociale : « l’art de ne pas provoquer de la gêne à l’autre » afin de créer des sociétés et institutions plus sociables et socialisantes.

La gêne: définitions et approches

La gêne se définit tantôt comme l’état ou la sensation de malaise physique, de peine, de trouble et de difficulté éprouvés dans certaines actions ou fonctions tantôt comme un désagrément et une charge imposés par quelqu’un à quelqu’un d’autre, qui lui cause de l’embarras. Employée comme prédicat, il traduit l’idée de déranger quelqu’un dans son corps, dans sa liberté de mouvement ou encore lui faire éprouver un malaise d’ordre psychologique, intellectuel ou moral dans le but de l’embarrasser. En tout cas, quelque soit l’aspect considéré, les effets qu’elle provoque n’apportent que de l’inconfort, ce qui pousse l’autre à adopter des attitudes qui peuvent choquer. Alors pourquoi est-il si nécessaire d’en parler?

La gêne est imparfaite et ne s’accorde pas avec le vivre ensemble

En effet, pour vivre, chacun a besoin de se sentir aimé et à l’aise. La vie, dit-on, est très courte. D’ailleurs, mis à part sa dimension biologique qui est partiellement expliquée, elle demeure un mystère qui fait couler beaucoup d’encre. Mais tous les humains sont unanimes et reconnaissent qu’elle est faite pour être découverte, connue et vécue. L’homme, un être fini, c’est-à-dire limité dans le temps et dans l’espace, demeure tout bonnement infini, autrement dit, imparfait. Assez souvent, la manière dont les êtres humains se comportent les uns envers les autres demeurent parfois inquiétante. En maintes occasions, après avoir passé une journée de travail, il est tout à fait légitime de passer quelques bonnes minutes de réflexion pour se dire: comment ai-je réagi aux offenses des autres et en quoi j’ai été une occasion de chute pour mes semblables dans mes actions. La gêne n’est pas une règle à appliquer dans la grammaire du vivre ensemble. Elle est à bannir. Quelle doivent-être donc notre attitude envers les autres ?

Ne soyez pas une gêne pour les autres

La vie est faite pour être vécue. Mais la vivre sans causer de gêne aussi, et c’est cette règle à maitriser par chaque individu. Pour la vivre, il faut trouver les moyens pour ne pas transformer ses problèmes en difficultés et éviter d’être une gêne pour les autres. Egard Form a dit : « Un ennemi, c’est quelqu’un avec qui vous n’avez pas pris du temps pour déjeuner ». Autrement dit, il est bienséant de s’asseoir avec l’autre pour discuter sur ce qui ne va pas, de réfléchir sur tout ce qui cause de la gêne aux autres. C’est en discutant que chacun parviendra à découvrir que personne n’est ni bête ni ange et qu’en fait, le malheur peut transformer l’ange en bête, comme l’a si bien dit le philosophe Pascal [2].

En effet, il ne fait aucun doute que l’ego est présent partout.  Mais chacun peut s’éduquer de leçons d’altruisme en laissant briller en lui la portion de lumière qu’il/elle porte. Si quelqu’un aide ses semblables à identifier là où se trouvent ses gênes, il l’aide à mieux vivre et de surcroit en bénéficie. Il y a donc plusieurs endroits où il est possible de s’améliorer. Si vous prenez du temps pour lire vos messages avant de les envoyer, de laisser vos paroles raisonner dans votre tête avant de les laisser sortir, cela peut réduire bien des gênes. De plus, vous pouvez vous faire conseiller et lire par une personne de confiance, qui a une certaine maîtrise en communication (verbale et non verbale). Cette personne saura vous signaler là où le bât risque de blesser.

Enfin, soyez donc prêts à éliminer toutes les habitudes et attitudes qui causent de la gêne aux autres. Vivre, c’est réussir à éliminer ses gènes. Si quelqu’un parvient à les identifier et a les réduire a leurs plus simples expressions, il retrouvera son plaisir de vivre. Aidons-nous donc mutuellement à faire disparaître les comportements qui causent de la gêne parmi nous quotidiennement. C’est la seule façon pour nous de vivre et réussir différemment des gens qui agissent comme des sans-gênes.


Références

https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/g%C3%AAne/36502

Blaise, P. (2011). Pensées sur la justice, éd. L. Thirouin, Paris

Onyl GEDEON

Conférencier en motivation

Facilitateur social

Directeur à la fondation Vivre et Réussir

Étiquettes
Partagez

Commentaires

Judex Beauval
Répondre

Ce texte est très utile pour ce qui désire de vivre une vie épanouie! Tiens bon PF!

Onyl
Répondre

Merci de l'avoir lu. C'est une bonne chose pour moi de voir que des gens puissent tirer quelque chose de mes ecrits. Priere de continuer a lire les autres articles et ceux a venir.

Widles Fils Tanis
Répondre

Quand nous agissons avec retenue, nous agissons avec gêne, je pense. Nous mw faisons pas n'importe quoi, pour pe respect que nous avons pour les autres... Alors, nous pouvons nous gêner nous-même. Ce qui n'est pas mauvais.
La gêne nest-elle pas une notion ambivalente?

Onyl
Répondre

Widlès,
Merci pour tes commentaires à propos de mon article autour cet article En effet, si votre action ne se fait pas avec condescendence, elle ne peut pas être qualifiée de gêne. C’est la décence. Toutefois, il est vivement encouragé d’éviter de tomber dans l’excès.

Adnel DORVIL
Répondre

Merci pour ces mots, ils sont vraiment inspirants.
La gêne est à bannir absolument.

Mackenson Desravines
Répondre

J'adresse toutes mes félicitations à l'auteur de cet article si enrichissant, M. Onyl Gédéon. C'est un article qui offre une nouvelle perspective pour les relations sociales, même si à mon sens celle-ci reste un idéal à atteindre. Au fait, nous sommes socialiseé-es d'une manière à considérer l'autre non pour ce qu'il/elle est, mais en fonction de notre vision du monde, notre système de valeurs. Très souvent notre façon d'appororocher l'autre est teintée de stéréotypes, de préjugés ou de discrimination. Ce qui constitue un poison pour le modèle du vivre ensemble dans lequel ne pas gêner serait le socle.
Toutefois je vous félicite M. Onyl pour votre contribution dans construction/renforcement d'un paradigme dans lequel l'autre serait perçu comme indispensable pour notre bien être social.
Mes sincères félicitations!!!

Onyl
Répondre

Mackenson,

Depuis que j'ai ete forme a World Learning Institute pour devenir un "Peacemaker", je n'ai jamais cesse de parler de la necessite d'elaborer une grammaire sociale au niveau de chaque societe. La manipulation, l'imbecilisation et la deshumanisation de l'autre sont des pratiques courantes qui ne datent pas d'hier mais qui font souffrir aux autres. L'altruisme, la solidarite, le respect de l'autre devraient orienter notre facon de vivre. Dommage ! Nous sommes loin de la.

Steeve
Répondre

Merci beaucoup PF pour ces mots et felicitation aussi PF

Onyl
Répondre

D'accord.

Manela Jeudi
Répondre

Mes compliments à vous Pasteur Onyl GEDEON.
Très profond et très utile;la vie est trop courte, il faut profiter de chaque moment qu'elle nous accorde. Chaque minute passée avec nos familles, nos proches ,nos amis devrait être appréciée et savourée.
Vivez pleinement la vie!!!

Onyl
Répondre

C'est vrai, en effet. Ne causons pas de gene aux autres pour rendre la vie vivable.

Robenchy Etienne
Répondre

Salut monsieur Onyl . J'ai lu votre article avec beaucoup d'intérèt , et je pense que c'est très bien de votre part . Après avoir lu votre article , j'ai fini par comprendre que certaine fois je me suis causé de la gêne à moi meme , mais également à mes senblables sans même le vouloir .
Cette lecture m'aidera à évaluer et redresser mes propos ,mes actions , mais aussi la façon dont je me suis comporté avec mes freres , mes sœurs ,mes proches , mes collegues de travail et mes amis .
Vraiment monsieur Onyl, je vous dis bravo , toutes mes félicitations vous sont accordées et ceci sans réserve .
Monsieur Onyl , il se pourrait bien que vous ne le sachiez pas encore , mais j'en doute très fort d'ailleurs ;vous etes un model que la jeunesse haitienne doit suivre . Vous devez le savoir .

Onyl
Répondre

Cher Robenchy,
Je te remercie de partager avec moi tes impressions sur l'article. Je m'efforcerai de montrer la voie tant que je peux. Priere d'inviter d'autres proches a lire l'article afin d'ecrire avec cette nouvelle grammaire sociale et d'appliquer ses regles pour contruire de nouvelles societes ou le vivre ensemble en est le socle.